vendredi 15 décembre 2017

Pruniers

Magnifique arbre fruitier et ornemental du printemps à l'automne, d'intéressantes variétés de pruniers sont cultivées par nos soins, nous offrant une floraison généreuse et des fruits savoureux.

  • Le prunier (Prunus domestica) est un arbre fruitier de la famille des Rosacées et de la sous-famille des Prunoïdées qui comprend notamment le merisier (Prunus avium, syn. Cerasus avium) et le prunellier (Prunus spinosa), à usage alimentaire et/ou médicinal, le laurier cerise (Prunus laurocerasus) plante ornemental et toxique, le prunier domestique (Prunus domestica), le cerisier (Prunus cerasus, syn. Cerasus vulgaris), l’amandier (Prunus Amygdalus, syn. Amygdalus communis), l’abricotier (Prunus Armeniaca, syn.  Armeniaca vulgaris), le pêcher (Prunus persica, syn. Persica vulgaris), cultivés pour leurs fruits.
  • C’est un arbre rustique pour tout climat originaire d'Europe et d'Asie Mineure.
  • Peu exigeant sur la nature du sol, le prunier préfère néanmoins les sols profonds, bien drainés.
  • Formé en gobelet ou en 1/2 tige, la fructification intervient 2 à 3 ans après la plantation.
  • Il forme un arbre au port érigé devenant ensuite plus ou moins arrondi avec l'âge, et atteint une fois adulte 4 à 8 m de haut.
  • Le prunier vit assez vieux, pour un arbre fruitier, de 30 à 50 ans
  • La floraison du prunier, blanche, intervient en mars-avril. Ses fleurs redoutent le vent et les gelées tardives.
  • Les prunes se récoltent selon les variétés de juillet à septembre. Les variétés de pruniers sont généralement auto-fertiles et ne nécessitent pas la proximité d'autres variétés.
  • La pruine (fine pellicule farineuse) qui recouvre les prunes est normale, c'est un voile de cire naturelle qui protège la prune du desséchement.
  • La tradition veut que l'on réserve les côteaux les mieux exposés au soleil pour les pruniers et les versants et expositions plutôt froides aux fruits à pépins.
  • La taille du prunier sert essentiellement à éclaircir la ramure de l'arbre en lui donnant un port harmonieux et aéré.
  • Couper les rameaux qui se croisent à l'intérieur de la cime, et mastiquer les plaies de taille avec un produit cicatrisant.
  • Effectuer cette opération durant le repos de végétation, hors période de gel, de préférence courant novembre.
  • Le prunier est très peu exigent en fumure, il est conseillé d'éviter de réaliser des apports d'azote. En revanche au printemps, il accepte potassium, phosphore, cendres de bois.

  • Il existait déjà en Europe, un prunier sauvage (Prunus insititia) à petits fruits bleuâtre à saveur douce et plus ou moins sucrée et un prunellier (Prunus spinosa) dont les fruits d'abord très acerbes deviennent mangeables après les premières gelées. Le prunier domestique (Prunus domestica) a été introduit en France du temps des croisades.
  • L'expression "compter pour des prunes", elle viendrait vraisemblablement des premières croisades quand les croisés ont ramené dans leurs bagages le prunier de Damas.
  • Ce n’est qu’au XVIème siècle, c’est-à-dire trois siècles plus tard que sa culture aurait vraiment commencé. Aujourd’hui il est répandu dans toute la France.
  • Le pépiniériste Jouve-Racamond aurait d'ailleurs retrouvé, un des plants de cette époque dans un presbytère de Provence et le commercialise sous le nom de "Perdrigonne du presbytère".

  • Dans de nombreuses localités provençales, la prune Perdrigone était largement répandue. C’est avec cette dernière que l’on fabriquait, souvent à l’occasion de grandes veillées familiales, les fameuses « pistoles », moitiés de prunes séchées et enrobées de sucre.
  • Les pistoles faisaient partie des fameux treize desserts qui terminaient le "gros souper", comme l’on dit chez nous, après la messe de minuit à Noël.
  • Dans notre région, on trouve aussi la prune d’Entebien connue par les pruneaux d’Agen, était largement répandue.
  • Le prunier de Briançon ou Afatouliers dont les amandes de ce fruit de petite taille broyées et pressées donnaient l'huile de Marmotte utilisée en huile de table ou médicinale.
  • Une prune blanche dite du Luberon qui est mûre à la fin juillet.
  • La prune Martin, trouvée par M. Martin à Plan d’Orgon dans les Bouches-du-Rhône.

 

4 Prunes Perdigon ou Perdrigonne 2 Mirabelle de Nancy
3 Reine Claude Dorée 1 Reine Claude de Bavay
3 Prunes Blanche du Luberon  

CONTACTEZ-NOUS

Les Vieux Vergers de Lagnes
Association déclarée Loi 1901
Siren 752 741 967
Domiciliée à la Mairie de Lagnes
248 Rue De La République
84800 Lagnes

 


Site du Verger:
Chemin du Riotord, 84800 Lagnes

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Scroll to top