vendredi 15 décembre 2017

Cerisiers

Le cerisier, la star du verger, associe toutes les qualités gustatives de ses fruits savoureux, et nous offrant de surcroit une spectaculaire floraison printanière et de magnifiques couleurs automnale.

  • Le cerisier (Prunus cerasus, syn. Cerasus vulgaris) est un arbre fruitier de la famille des Rosacées et de la sous-famille des Prunoïdées qui comprend notamment le merisier (Prunus avium, syn. Cerasus avium) et le prunellier (Prunus spinosa), à usage alimentaire et/ou médicinal, le laurier cerise (Prunus laurocerasus) plante ornemental et toxique, le prunier domestique (Prunus domestica), le cerisier (Prunus cerasus, syn. Cerasus vulgaris), l’amandier (Prunus Amygdalus, syn. Amygdalus communis), l’abricotier (Prunus Armeniaca, syn.  Armeniaca vulgaris), le pêcher (Prunus persica, syn. Persica vulgaris), cultivés pour leurs fruits.
  • Les différentes espèces de cerisiers donnent des fruits plus ou moins acides, gros ou sucrés.
  • Si les cerises sauvages entrent parfois dans la composition de liqueurs, confitures et autres plat locaux, les arboriculteurs ont développé des variétés à plus gros fruits, destinés à être consommés crus ou dans des préparations culinaires variées.  La classification des diverses espèces de cerisiers et de leur origine botanique est un sujet assez débattu.
  • Il semble admis de nos jours que deux espèces botaniques, P. avium et P. cerasus, sont à l'origine de la plupart des espèces et variétés cultivées pour leurs fruits. 
      • Prunus avium (L.) L., le cerisier des oiseaux, ou merisier, à l'origine des variétés de cerises douces. C'est une espèce croissant à l'état sauvage en Europe (dont la France), dans le Caucase et en Turquie, Iran, Afghanistan. Ses fruits, nettement plus petits que des cerises cultivées, servent à préparer une eau-de-vie connue sous le nom de kirsch dans l'est de la France.  On distingue les cerises à chair ferme (bigarreaux) et celles à chair molle (guignes). La plupart des cultivars issus du Prunus avium sont auto-incompatibles et réclament une pollinisation croisée afin d’être productifs. 
      • Prunus cerasus L., le griottier est une espèce à l'origine des variétés de cerises acides. Il serait originaire de la région de la mer Caspienne et de l'Asie Mineure et d'Europe. On distingue les cerises à jus coloré (griottes, morelles (griotte du Nord...)) et à jus clair (amarelles (cerise de Montmorency...)). Ce sont des arbres plus petits que les variétés de P. avium, donnant des fruits rouges brillants. Ils sont en général auto-compatibles et s'hybrident entre eux.  De nombreuses variétés ont été développées à partir de ces deux espèces et sont cultivées pour leurs fruits. 
  •  La culture des cerisiers est très étroitement liée au terroir (sol, climat) et au type de porte-greffe utilisé. Les porte-greffes utilisés sont le merisier sauvage, pour les variétés à grande végétation, guignes et bigarreaux, et le Cerisier de Sainte Lucie pour les griottes et les cerises.
  • Il faut généralement compter quarante-cinq jours entre la floraison et la maturation des fruits.
  • Huit années sont nécessaires après la plantation pour que le cerisier commence à produire. Entre douze et vingt-cinq ans, il se montre le plus productif. 
  • Au Japon, le cerisier est surtout planté pour ses qualités ornementales. Son nom est sakura (devient zakura après un autre mot), et sa floraison est guettée dans de nombreuses régions.  Les cerisiers ornementaux sont aussi cultivés ailleurs dans le monde comme plantation d'alignement le long des rues ou dans les jardins et les parcs.

  • Les cerises sauvages étaient déjà consommées dans l'Antiquité. La culture du merisier pour ses fruits remonterait au IVe siècle avant notre ère, d'après les traces archéologiques trouvées en Asie Mineure (Caucase, Anatolie). Les premières cultures seraient grecques puis romaines.
  • Les historiens ne sont pas d'accord pour déterminer qui des Grecs ou des Romains ont introduit la cerise en Europe.
  • C'est au Moyen Age que les cerisiers commencèrent à être cultivés ; ses fruits délicats et sucrés étaient appréciés, mais aussi son bois, à la texture et à la finesse délicates.
  • Le terme "cerise" est apparu dans la langue en 1190. Il vient du latin cerasus (cerisier) qui l'a lui-même emprunté au grec ‘kerasos’.
  • Au XVIIIème siècle, Louis XV, grand amateur de cerises, encouragea la culture et le développement des nouvelles variétés.
  • Aujourd'hui, on recense en France plus de 200 variétés, mais seulement une douzaine est cultivée.

  • Dans le Vaucluse, la cerise est une culture traditionnelle et séculaire
  • Les premières traces écrites de son importance sur la zone remontent au XVIIème siècle, elle était destinée essentiellement à la consommation familiale. Les arbres sont alors dans les jardins familiaux, mais aussi clairsemés au milieu des champs de céréales et sur les talus.
  • La véritable implantation de la culture à des fins commerciales remonte au XIXème siècle. Le développement du chemin de fer offre de nouvelles perspectives aux cerises vauclusiennes. De plus, à la fin du XIXème siècle, la crise du phylloxera ravage le vignoble vauclusien ce qui entraîne la réorganisation de l'agriculture par la recherche d'autres débouchés.Présentant des perspectives commerciales intéressantes, le cerisier se développe et s'impose alors essentiellement sur les zones de coteaux, aux contreforts du Mont Ventoux, des Monts de Vaucluse et du Luberon.
  • De nos jours, le Vaucluse est leader national en cerises de table : 25% de la production nationale de cerises de bouche et les 3/4 de la production française destinée à l'industrie pour faire de la cerise confite. En France, une cerise sur trois est produite dans notre département.
  • La culture de la cerise a également un impact social non négligeable dans cette zone en matière de main d'œuvre, puisque la récolte des cerises de bouche s'effectue uniquement à la main, elle constitue dans certaines communes la base de la vie rurale dans une partie du département.
  • Les cerisiers contribuent au façonnement de magnifiques paysages provençaux, particulièrement pendant la floraison en mars, ou ils habillent d’un voile blanc les vallées et les coteaux vauclusiens.
  • Il est de tradition en Provence de produire de la cerise destinée au confisage. Les 3 variétés qui se prêtent le mieux au confisage sont le bigarreau Napoléon, la cerise Camus ou la cerise Rainier. Elles offrent de nombreux avantages pour la transformation : une forme des fruits parfaitement ronde, un noyau n’adhérant pas à la chair, un équeutage facile, et bonne fermeté. L'usine qui se trouve dans la région d'Apt est la plus grande fabrique de fruits confits au monde.

 

2 Camus de Venasque 3 Griotte de Provence
2 Burlat 2 Bigarreau Jaboulet
2 Bigarreau Pelissier 1 Alpine de Provence

CONTACTEZ-NOUS

Les Vieux Vergers de Lagnes
Association déclarée Loi 1901
Siren 752 741 967
Domiciliée à la Mairie de Lagnes
248 Rue De La République
84800 Lagnes

 


Site du Verger:
Chemin du Riotord, 84800 Lagnes

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Scroll to top