dimanche 21 janvier 2018

Abricotiers

L'abricotier nous offre un fruit incontestablement provençal.  Ses fleurs laissent place grâce à la générosité du soleil, à des fruits tendres, sucrés, légèrement acidulés.

  • L'abricotier (Prunus armeniaca) est un arbre fruitier de la famille des Rosacées et de la sous-famille des Prunoïdées qui comprend notamment le merisier (Prunus avium, syn. Cerasus avium) et le prunellier (Prunus spinosa), à usage alimentaire et/ou médicinal, le laurier cerise (Prunus laurocerasus) plante ornemental et toxique, le prunier domestique (Prunus domestica), le cerisier (Prunus cerasus, syn. Cerasus vulgaris), l’amandier (Prunus Amygdalus, syn. Amygdalus communis), l’abricotier (Prunus Armeniaca, syn.  Armeniaca vulgaris), le pêcher (Prunus persica, syn. Persica vulgaris), cultivés pour leurs fruits.
  • Les principales caractéristiques du genre des armeniaca sont : leurs fleurs sessiles, Des feuilles à vernation convolutée (enroulées dans le bourgeon), des fruits pubescents ou veloutés, globuleux, charnus, succulents, indéhiscents (qui se scindent en deux), un noyau ovoïde creusé d'un sillon sur chaque bord renfermant une amande douce ou amère.
  • La floraison blanc rosé a lieu entre février et avril, selon les régions et les variétés, avant l'apparition des feuilles.
  • C'est l'un des premiers arbres fruitiers à fleurir : cette floraison précoce le rend particulièrement sensible à la météo.
  • Le gel printanier a un impact sur les fleurs (détruites à -2°C) et les jeunes fruits au stade de la nouaison, et un temps pluvieux au moment de la floraison nuit à la pollinisation.
  • L'abricotier est généralement assez vigoureux pour être cultivé en tige "de plein vent", c'est-à-dire non palissé.
  • La taille n'est pas obligatoire : elle est simplement conseillée pour obtenir de beaux et nombreux fruits.
  • La fructification peut ainsi être améliorée par une taille en palmette ou en espalier : dans ce cas, l'arbre sera palissé contre un mur (notamment sous les climats froids) ou une clôture.
  • Dans tous les cas, l'abricotier supporte mal les tailles sévères, comme la plupart des fruitiers à noyaux.
  • Lors des premières années de l'arbre, pratiquez une taille (modérée) de formation, destinée à bien charpenter l'arbre.
  • Lorsque l'abricotier est bien formé, opérez chaque année, en février, une taille de fructification: éliminez le bois mort, raccourcissez les branches les plus longues en conservant la silhouette de l'arbre (laissez au moins 3 yeux et coupez au-dessus d'un bourgeon tourné vers l'extérieur), supprimez les branches qui s'entrecroisent ou celles qui poussent vers le centre de l'arbre (éclaircissage favorisant la pénétration du soleil et la fructification).
  • Une fois que les jeunes fruits apparaissent, supprimez-en une partie si ceux-ci sont nombreux (l'arbre peinera à amener à maturité des fruits trop abondants, mieux vaut en sacrifier quelques-uns dès leur formation au bénéfice des autres, qui seront plus gros et plus beaux).
  • Une deuxième taille peut aussi s'effectuer en automne, après la chute des feuilles et hors période de gel : réduisez légèrement les branches ayant donné des fruits et supprimez les branches abîmées ou cassées.

  • Son nom vient du latin «apræcoquum » qui signifie le fruit « précoce ».
  • Longtemps appelé prunier d'Arménie, c'est de cette origine prétendue que lui vient le nom d'armeniaca car les grecs l'appelaient Mailon armeniacon, Pomme d'Arménie.
  • C'est au début du XIXe siècle seulement que sa provenance est mise en doute par les botanistes.
  • Vraisemblablement originaire de Chine et de l'ouest de l'Asie, il semble que ce n’est qu’après avoir voyagé à travers l'Asie centrale qu’il arrive en Arménie.
  • Ce sont les Romains qui l’importèrent de Grèce et l'introduisirent en Italie vers 70 avant Jésus-Christ.
  • L’espèce s'est très vite diversifiée et implantée dans des climats et des milieux très différents, du Sahara à l'Europe centrale.
  • Ce n’est qu’au XVème siècle qu’il est importé d’Italie en France sans grand succès. C’est son implantation dans les vergers de Versailles, après avoir conquis le roi Louis XIV, qui le fit connaître.

  • En Provence l’abricot dit Polonais (ou Orange de Provence) est le plus répandu, avec le Bergeron. Le premier occupe le Sud de la vallée du Rhône, tandis que le second est plus septentrional.
  • Certaines variétés, telles le Précoce de Boulbon, ont pratiquement disparu jusque dans leur terroir d’origine. A Boulbon, village au sud d’Avignon, nous n’avons pu retrouver il y a quelques années que quelques arbres, ce qui a permis de sauver la variété de la disparition.
  • Également : le muscat de Provence (très rond à la coloration tendant vers le jaune mais plus tardif), le docteur Mascle

 

3 Précoce de Boulbon 2 Poman rosé
2 Pointus de Roquevaire 2 Rosé de Provence
1 Bergeron 2 Orangé de Provence
3 Muscat de Provence  

CONTACTEZ-NOUS

Les Vieux Vergers de Lagnes
Association déclarée Loi 1901
Siren 752 741 967
Domiciliée à la Mairie de Lagnes
248 Rue De La République
84800 Lagnes

 


Site du Verger:
Chemin du Riotord, 84800 Lagnes

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Scroll to top