Presentation de l'Association

L’association les Vieux Vergers de Lagnes, née en 2012 est le fruit de la collaboration passionnés de nos bénévoles et du soutien de la commune et des institutions régionales, tous mués par le même désir de sauvegarder et préserver notre patrimoine fruitier local.

Les espèces fruitières, légumières et les vignes anciennes étaient connues dans le passé et les campagnes en regorgeaient. Le patrimoine fruitier traditionnel est issu d’une arboriculture extensive et jouait un rôle économique important jusque dans les années 1960. Ce patrimoine fruitier se compose principalement de nombreuses espèces locales adaptées aux conditions climatiques et pédologiques locales.

Au sein d'une même espèce, il existe de nombreuses variantes entre les différents individus (variabilité génétique). Cette diversité génétique a été façonnée par l'ensemble des processus d'évolution (migration, domestication...) et d'adaptation à des environnements très variés. Cette précieuse diversité a grandement évolué grâce au travail des hommes qui ont sélectionné, conservé et propagé les variétés qui avaient un intérêt pour eux, et ce depuis la Préhistoire. Hélas, aujourd’hui, un certain nombre de variétés anciennes sont en voie de disparition.

Les principales causes de la disparition des variétés anciennes locales sont très souvent l’abandon sous la pression de l’agriculture moderne et le vieillissement des arbres.

Le déclin de la diversité fruitière intervient dès le début du XXe siècle et s’accélère durant l’Entre-deux Guerres jusque dans les années 60. Il faut en effet produire en grande quantité des variétés capables de s’adapter sur tous les sols et produisant de façon régulière des fruits faciles à conditionner et à distribuer parfois à de grandes distances.

L’industrialisation et la spécialisation de l’agriculture moderne à partir des années 60 grâce à des techniques de culture intensive et monoculture industrielle (remembrement, mécanisation, pesticides, sélection de cultivars à haut rendement de production) ont entraîné la disparition d’une partie du patrimoine génétique mondial, principalement en remplaçant les variétés anciennes et locales au profit de variétés plus modernes et génériques, souvent d’origine étrangère, à calibre homogène et peu soumises à l’alternance, à plus haut rendement économique, ou issues de croisement pour valoriser certains aspects de leur patrimoine génétique (croissance rapide, plus résistant, fruits plus juteux, plus gros…).

On comptait à l'échelon mondial près de 15 000 variétés de pommes à la fin du XIXe siècle, or il s’est avéré que la majorité des variétés obtenues depuis les années 1950, l’ont été à partir d’un panel restreint de cinq variétés : Golden Delicious, Jonathan, Granny Smith, Reinette Blanche du Canada et Red-delicious.

Cette hybridation à outrance à partir d’un génome restreint entraîne forcément un appauvrissement génétique et explique la résistance de plus en plus faible des variétés dites « modernes » aux maladies, viroses (phytovirus) et ravageurs.

Il nous appartient de conserver et valoriser notre héritage variétal afin de lutter contre l'érosion phyto-génétique.

Non renouvelé depuis plus de 40 ans, une partie du patrimoine fruitier est menacé de disparition si rien n’est fait pour le sauvegarder car les arbres de variétés anciennes survivantes finissent par mourir, surtout quand  ils ne sont pas entretenus.

La disparition de ce patrimoine pourrait être irréversible et concerne plusieurs centaines de variétés anciennes et locales. Or, l’agriculture doit constamment s’adapter aux nouvelles conditions climatiques, à l’introduction de nouvelles espèces d’insectes, à la pollution...



La biodiversité s’avère un enjeu fondamental pour relever ces nouveaux défis et les caractéristiques des cultivars adaptés depuis des décennies et parfois des siècles sont une ressource et une richesse à ne pas négliger.
En effet, ces variétés anciennes sont rustiques et leur maintien est déterminant pour le bon fonctionnement écologique, notamment pour la conservation de la biodiversité (faune et flore spécifiques et variées, y compris espèces en déclin ou menacées d’extinction), la protection des sols et la préservation de la qualité des eaux car plus les variétés locales sont bien adaptées aux conditions climatiques moins elles nécessitent d’irrigation artificielles ou l’utilisation de produits chimiques.

Les choix de conservation des variétés fruitières sont très limités. La majorité n’étant pas auto-fertiles, il faut les reproduire par voie végétative (greffe) et non par semis. Créer un verger conservatoire au sein du village permet donc conserver les arbres vivants pour sauvegarder la variété.

La tâche n’est pas très aisée, outre qu’il nécessite un vaste terrain, le verger conservatoire demande aussi un entretien régulier pour s’assurer de l’état sanitaire des arbres en place. Un verger conservatoire assure la pérennité des variétés en limitant l'érosion génétique et doit être conçu comme un lieu de conservation et d'observation active et non pas seulement pour archiver un patrimoine en voie de disparition. Il permet l'étude, la description et la propagation des variétés, en multipliant les vergers conservatoires on diminue également les risques de destruction et de maladie des variétés, augmentant ainsi leurs chances de survie.

Les variétés anciennes regroupent une diversité génétique dont nous sommes collectivement responsables. C’est notre devoir de les sauvegarder afin d’en transmettre la connaissance aux générations futures et participer à la préservation de l’équilibre écologique, de la biodiversité, mais également de la culture et des traditions de notre région.



Dans une perspective de développement durable, faire renaître la culture des variétés anciennes,
C'est se réapproprier nos marqueurs d'identités.
C'est miser sur nos valeurs particulières et notre patrimoine rural pour revitaliser notre milieu et faire connaître ses richesses fascinantes.
Il est temps de remettre à l'honneur notre patrimoine fruitier et de goûter à son histoire savoureuse. Cet univers de saveurs et de connaissances ne demande qu'à être partagé et cueilli.

Les 5000m² de parcelles, installées au pied du village de Lagnes hébergent des variétés de pommiers, pêchers, poiriers, abricotiers, pruniers, cerisiers, figuiers, kakis, amandiers, néfliers, plaqueminiers, cognassiers, vignes et d’autres variétés anciennes de fruits issues du terroir local.
Plus de 120 variétés de fruitiers, 300 variétés de plantes et 17 cépages seront plantés à terme. Actuellement près de 90 % des variétés initialement sélectionnées ont été plantées.



L’association les Vieux Vergers de Lagnes a pour but de :
Créer, entretenir et animer un verger à vocation conservatoire (entre autre) d’anciennes variétés fruitières, légumières et décoratives de notre terroir.
Créer sur ce terrain (à terme) un espace comportant des activités pédagogiques à vocation agricole et arboricole.
Offrir des possibilités de rencontrer et sensibiliser les Lagnois aux enjeux de:
- La biodiversité,
- L'agriculture raisonnée,
- L'intérêt des circuits courts,
- La valorisation du patrimoine biologique local,
- Les valeurs environnementales.

L’association les Vieux Vergers de Lagnes travaille en collaboration avec les centres de recherches de l’INRA, le Parc Naturel Régional du Luberon, la commune de Lagnes, le département de Vaucluse, la région PACA, des associations locales, la Fondation pour la Recherche sur la Biodiversité, …

                               



Prospection des arbres dans les campagnes et enquêtes ethnobotaniques pour recueillir la mémoire locale.
Collecte de greffons et régénération, par greffage, des variétés menacées.
Sauvegarde des variétés identifiées.
Evaluation des potentialités agronomiques et des caractéristiques variétales (sensibilité aux maladies, régularité et volume de production…), des qualités organoleptiques (saveur, tendreté, jutosité…)
Valorisation pédagogique, culturelle, économique et scientifique de ce capital génétique.
Participation aux différents réseaux nationaux de sauvegarde d’espèces fruitières cultivées.

Les animations sur site :
Visites guidées individuelles ou en groupe gratuites avec dégustation de fruits selon la saison.
Stages d’initiation à la taille des arbres fruitiers en février.
Stage de greffage en mars.
Journées « Portes Ouvertes » tous les ans pour la fête des jardins.
Vente de greffons d’arbres fruitiers, de fruits et de jus issus de variétés anciennes présentes en collection (à terme).

Les animations hors site :
Participation à des salons et journées thématiques.
Intervention en milieu scolaire, enseignement secondaire, maison de retraite…
Conférences


Le financement direct du projet repose principalement sur la participation de ses membres souscripteurs et sur la générosité des donateurs afin de mener à terme et exploiter ce vaste projet qui nécessitera plusieurs années d’efforts constant et soutenus pour parvenir à nos objectifs. La croissance d’un arbre en effet est lente. Il faut souvent compter 4 à 6 ans minimum avant la première mise à fruits selon les espèces. La création d’un verger est un investissement à long terme.

Grâce à une bonne préparation du terrain et un bon suivi (fumure, taille, arrosage, etc.), nous bénéficions de résultat positif à ce stade, ce qui est en soi un gage de réussite à long terme, mais la route est encore longue et nous avons besoin de votre soutien !

 

CONTACTEZ-NOUS

Les Vieux Vergers de Lagnes
Association déclarée Loi 1901
Siren 752 741 967
Domiciliée à la Mairie de Lagnes
248 Rue De La République
84800 Lagnes

 


Site du Verger:
Chemin du Riotord, 84800 Lagnes

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Scroll to top